Quelques vinyles

Je me procure mes vinyles de diverses manière. Soit, quand c’est une sortie récente, par Amazon ( je n’ai malheureusement pas de bon disquaire à moins de 50 km de chez moi ), quelques fois par eBay, dans les brocantes. Et puis il y a cet endroit un peu glauque, ou je suis à peu près sûr de ne rien trouver d’autre que Johnny Hallyday, Rica Zaraï et le Grand Jojo : le Cash Express de Mont-Saint-Martin. Mais, allez savoir pourquoi, je ne peux pas m’empêcher d’y passer 2 fois par mois, « on ne sait jamais ».

Et aujourd’hui je n’ai pas regretté mon détour, puisque que je suis tombé sur deux vieilles connaissances, deux galettes que je n’ai pas pu remettre dans le bac. Continuer la lecture de « Quelques vinyles »

Le crabe marteau à Brest

J’ai donc ce nouveau job, qui me fait pas mal voyager ces derniers mois. Trains, taxis, avion, hôtel … Dans toutes les villes où j’ai mis les pieds, je me suis toujours senti anonyme, comme un énième type en costard, avec son sac et sa valise, à marcher vite pour ne pas perdre de temps. Anonyme, jusqu’à ce que je vienne à Brest.

Oh, non, il n’y avait personne pour m’attendre à la gare, mais, aux premiers mots échangés avec le chauffeur de taxi, puis ensuite avec les serveurs, le gardien de nuit de l’hôtel, j’ai bien compris que les gens ici sont un peu plus causant que ceux que j’ai l’habitude de rencontrer. Ce soir on m’a dit que les Belges et les Bretons avait quelque chose en commun : la sympathie. Ca reste à prouver quant aux belges (ceux du nord, hein…), mais ça fait plaisir.


J’ai donc demandé à mon chauffeur d’un soir où je pourrais aller manger des fruits de mer digne de ce nom et c’est sans hésiter qu’il m’a conduit au « crabe marteau ». Continuer la lecture de « Le crabe marteau à Brest »